Guide pour créer un restaurant traditionnel


Guide pour créer un restaurant traditionnel

Si les restaurants de fast-food sont devenus émergents en France, la restauration classique demeure celle qui tient la plus grande part du marché. Entreprendre une telle activité requiert une étude bien raisonnée et un business plan bien conçu. Mais ce n’est pas tout, la création d’un restaurant traditionnel nécessite une certaine connaissance de quelques formalités. Le présent guide vous explique les bases de la création d’une entreprise de restauration traditionnelle.

Définir le type d’entreprise à créer

On distingue deux types de restaurants traditionnels :

  • Les restaurants indépendants, qui fournissent plus de 90% du chiffre d’affaires du secteur, et dont les restaurants de fast-food sont les principaux concurrents ;
  • Les restaurants sous enseigne, qui constituent une moindre proportion du secteur, et qui proposent des spécialités préalablement choisies lors de l’étude du marché. Il existe 4 axes de spécialité en France : la viande, les brasseries, les pizzas, et la cuisine du monde.

La recherche d’un financement pour la création d’un restaurant classique

Restaurant et prêt bancaire

Trouver un financement suffisant est une étape très compliquée pour un entrepreneur mal informé. L’approche la plus utilisée en France et dans le monde entier est la combinaison de crédit et de l’apport personnel (fonds propres). En ce qui concerne le prêt bancaire pour restaurants, la fiabilité des projets et la réputation des actionnaires du projet sont les principaux critères d’octroi de crédits. En effet, un restaurateur crédible doit avoir de l’expérience dans le secteur de la restauration traditionnelle, un vrai professionnel du domaine. L’obtention du permis d’exploitation du restaurant est ainsi obligatoire. Pour y parvenir, le restaurateur doit suivre une formation suivant le type de son restaurant, à part la formation obligatoire pour tous les entrepreneurs de la restauration.

Importance de l’apport personnel en restauration traditionnelle

Quant à l’apport personnel de l’entrepreneur, il s’agit du capital propre que le futur restaurateur peut miser dans son projet de création de restaurant traditionnel. Pour obtenir un prêt bancaire, l’apport personnel doit être supérieur ou égal à 30% du budget total mentionné dans le business plan. Pour constituer cette part, le chef d’entreprise peut faire appel à une épargne personnelle, au love money, au crowdfunding pour restaurant, ou à des investisseurs privés qui croient en la réussite du projet.

Le prêt brasseur et la vente des boissons

Il existe également ce qu’on appelle « prêt brasseur ». Un crédit financier ou de matériel pour votre restaurant est octroyé par votre distributeur de boissons. La condition d’octroi est l’engagement du chef de restaurant à effectuer un approvisionnement régulier en boissons auprès de ce fournisseur pendant une durée définie.

Comment se procurer des aides à la création de son restaurant ?

A part ces sources de financement, le chef de l’établissement peut demander des aides à la création d’entreprise. Différents organismes comme l’ACCRE et l’ARCE peuvent être sollicités pour des subventions ou une réduction des charges. Pour en savoir plus, vous pouvez demander auprès du Pôle Emploi.

Cadre juridique de la création d’un restaurant traditionnel en France

Notions sur la licence et le permis d’exploitation d’un restaurant

Il est important de savoir les formalités administratives concernant la démarche d’ouverture d’un établissement de restauration traditionnelle. La première étape à franchir est l’obtention de la licence et du permis d’exploitation. Il faut souligner que licence et permis ne sont pas les mêmes choses et font l’objet des formalités différentes.

Choix du statut juridique adapté à la société de restauration traditionnelle ? 

Quant au choix du statut juridique de l’entreprise, il s’agit d’un facteur déterminant de la réussite du projet sur le plan fiscal, juridique, et social. Alors, quel statut juridique choisir pour son restaurant traditionnel ? Les formes juridiques les plus prisées en restauration traditionnelle sont Entreprise Individuelle (EI), Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) et Société A Responsabilité Limitée (SARL). Presque la moitié des restaurants optent pour ces deux types de statut juridique. Pour vous aider à mieux choisir entre EI, EURL, SARL et autres, il est recommandé de demander les avis d’un expert en création d’entreprise.

Les mentions obligatoires au sein d’un restaurant

La loi sur la restauration exige aussi l’affichage des prix des menus et cartes du jour. De même pour les boissons, le prix est obligatoirement à afficher. Si le restaurant ne propose pas de vin à ses clients, une carte évoquant le prix de cinq boissons couramment servies doit être disponible. Chaque prix doit comprendre les taxes et le service.

En addition, le restaurant doit interdire les clients de fumer dans l’enceinte, moyennant un affichage. Par ailleurs, si la vente des boissons alcooliques fait partie de votre activité, une affiche informant sur la protection des mineurs et la répression de l’ivresse publique doit être mis en place, au même titre que le certificat de licence détenue par le restaurant.

En matière d’hygiène, des affichages obligatoires sur les repas sont aussi à apposer. Entre autres, citons : l’affichage de l’origine de la viande, celui des allergènes et celui de la mention « fait maison ». Sur ce dernier point, seuls les plats cuisinés sur place à partir de produits frais ou bruts ou de produits traditionnels de cuisine sont considérés. D’autres types d’affichages sont aussi à prévoir, mais pour en mieux savoir, ce sera mieux de consulter un professionnel de la science des affaires.

Comment booster le nombre de clients et la vente des produits ?

Face aux restaurants fast-food qui promettent un service rapide et à petit prix, le risque de perdre ou de rater beaucoup de clients est extravaguant chez un restaurateur traditionnel. Pour faire la différence, focalisez votre activité sur des produits originaux (entrées, plats de résistance, café, boissons, desserts…), bien conçus et qui ne suscitent aucun souci d’hygiène. L’emplacement de votre restaurant impacte aussi sur le nombre prospects. Le choix de l’emplacement doit être justifié dans votre business plan. 

Ensuite, vous pouvez distribuer des flyers pour faire connaitre votre société. Par ailleurs, le prix de conception de ces flyers est moindre. Puis, pourquoi ne pas opter pour la promotion et la vente en ligne de vos produits ? Créer son site vitrine permet aux clients de commander ses plats favoris en ligne. Le restaurant peut aussi avoir sa page Facebook où ses plats seront publiés. Votre publicité peut être ciblée en suivant l’étape de boost proposée par le réseau. Vous devez également savoir apporter des plus à votre service : une livraison à domicile des plats cuisinés, une carte de fidélité, un service 24 h/24, une réduction de prix raisonnée, une carte de boissons séparée, un bar avec une large gamme de boissons, un café offert, etc. Toutes les astuces sont bonnes pour réaliser votre projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *